LECTURES DE PIèCES DE THéâTRE RUSSES INéDITES OU MAL CONNUES
Lieu de représentation
Théâtre Gérard Philipe – centre dramatique national de Saint-DenisSalle Jean-Marie Serreau
Adresse
59, boulevard Jules Guesde 93200 Saint-Denis
Adresse du site officiel
www.theatregerardphilipe.com
Tel :  01 48 13 70 00
Dates et heures de représentation

Samedi 16 Mars 2019 à 18h
Dimanche 17 Mars
à 14h
Durée : 1h30
Résumé
Le 16 mars à 18h :
De l’amour, de la poésie et du service de l’État d’Alexandre Blok
avec les élèves du lycée Gustave Monod d’Enghien-les-Bains
suivi de Le Roi Famine de Léonid Andréïev
avec les élèves de la Manufacture – Haute École des arts de la scène à Lausanne
-----------------------------------
17 mars à 14h
La Pensée de Léonid Andréïev
avec les élèves du Conservatoire national supérieur d’art dramatique
suivie d’un rencontre avec
André Markowicz
-----------------------------------
Le 3 avril à 20h30
Durée : 1h30 – salle Mehmet Ulusoy
LE DERNIER DÉPART
Poème Guennadi Aïgui - Traduction André Markowicz
Musique Béla Bartók  - Interprétation Sonia Wieder-Atherton (violoncelle)

Sonia Wieder-Atherton a longtemps travaillé à une transposition pour violoncelle de la Sonate
pour violon de
Béla Bartók. Les rares privilégiés qui l’ont entendue jouer cette transposition
savent qu’ils ont vécu un moment artistique majeur.
Il nous est venu l’envie de la confronter au texte de l’un des plus grands poètes russes de notre
temps,
Guennadi Aïgui, écrit en 1988 à l’occasion de sa première visite à Budapest :
Le Dernier Départ, consacré à la déportation des juifs de Budapest et à la figure de
Raoul Wallenberg qui a sauvé des milliers de personnes avant de disparaître, sans doute arrêté et assassiné par le NKVD.
Comme pour le Requiem, je dirai le texte, à la fois en russe et en français, dans ma traduction. »
(André Markowicz)
Bio expresse
« Je me suis lancé dans un défi que je ne peux pas réaliser tout seul.
Il s’agit d’explorer un moment incroyablement riche du théâtre russe, la période qui va
de 1900 à 1915
, c’est-à-dire le moment où Stanislavski et Meyerhold affirment leur maîtrise et créent les bases du théâtre moderne.
Cette maîtrise, ils l’affirment, le plus souvent, sur un répertoire contemporain, avec des auteurs qui les accompagnent, comme Anton Tchekhov, évidemment, mais aussi comme Maxim Gorki, Léonid Andréïev ou Alexandre Blok.

On connaît le théâtre de Tchekhov, on connaît (beaucoup moins) celui de Gorki, mais qui connaît Léonid Andréïev et qui connaît les pièces de Blok, pourtant indissociables de la naissance de la première manière de Meyerhold ?

Le défi est pour moi de traduire, ou parfois de retraduire (quand la traduction existe mais
qu’elle est très ancienne ou qu’elle me paraît réellement problématique), une trentaine de pièces, dont une bonne vingtaine est totalement inconnue.

Mais j’ai besoin de les entendre, parce qu’il m’est impossible de traduire tout seul – de traduire sans être confronté à la voix et aux questions des acteurs, sans être réinterrogé, pour chaque réplique, encore et encore.

Après avoir inauguré ce travail à la Manufacture – Haute École des arts de la scène à Lausanne,
j’ai proposé au TGP de poursuivre. Grâce à l’équipe du TGP, j’ai pu travailler avec de jeunes acteurs du Conservatoire national supérieur d’art dramatique, de l’école Claude Mathieu, et puis avec deux classes de lycéens d’Enghien-les-Bains et de Sarcelles.
À chaque fois, l’expérience a été bouleversante.

Tout en continuant la série sur d’autres textes, avec d’autres élèves, il nous a semblé nécessaire de proposer des lectures publiques des textes auxquels nous sommes parvenus ensemble. »
(André Markowicz)
Informations pratiques
Entrée libre sur réservations : reservation@theatregerardphilipe.com / 01 48 13 70 00
retour au sommaire
Copyright 2008 © Paris Moscou
Qui sommes nous | Annonceurs | Partenaires | Mentions légales | Plan du site contact