EVELYNE BEREZOVSKY - PIANISTE
Date de l'interview
14-08-2016
Interview
A l'occasion du 8ème Festival des Piano Folies au Touquet paris-moscou.com s'est entretenu avec Evelyne Berezovsky.

P.M. Votre prénom laisse penser que votre mère est française ?


E.B. Pas du tout ! Ma mère est russe mais lorsque j'avais 3 jours, aucun prénom n'avait été déclaré et ma mère, qui lisait un roman de Evelyn Waugh, a décidé de m'appeler ainsi.

P.M. Et vous êtes née à Moscou ?

E.B. Oui, mais ma famille est allée s'installer à Londres lorsque j'avais un an, aussi je n'ai aucun  souvenir d'enfance à Moscou et c'est à Londres que j'ai commecé mes études musicales dès l'âge de 5 ans.

P.M. Vous aimez la vie à Londres ?

E.B. J'adore cette ville : il y règne une vie artistique intense aussi bien dans le domaine musical que théâtral ou autre et j'apprécie énormément l'humour anglais : c'est ce qui me manque un peu en France.

P.M. Vous parlez très bien le français, bien sûr l'anglais, avez-vous appris le russe en famille ?


E.B. Oui, surtout avec mes grands-parents maternels et j'ai aussi étudié le piano au Conservatoire de Moscou.

P.M. Vous avez commencé à étudier le piano par ce que cela vous plaisait ?

E.B. Enormément, quand j'étais petite je m'installais sous le piano pour écouter et je dormais sous le piano.

P.M. A quel âge avez-vous fait votre première apparition en public ?


E.B. J'avais 7 ans et j'ai eu un trac fou ! Je me disais : voilà c'est à moi ! C'est moi qui joue !!!

P.M. Vous ressentiez déjà une responsablilité et maintenant avez-vous maitrisé le trac ?

E.B.  A condition d'avoir une excellente préparation, je n'ai plus le trac. J'ai compris que l'on  doit s'écouter et seulement soi : se plonger dans l'unique dialogue entre l'instrument et soi-même, s'abstraire du reste.

P.M.  Vous donnez des concerts à Londres ?

E.B.  J'ai fait un arrêt total pendant 4 mois : j'ai fait de la peinture, je suis allée faire la fête avec des amis je me suis plongée dans une autre vie pour prendre un peu de recul à 25 ans.
Je pense que cela permet d'évoluer dans la compréhension de la musique et d'y apporter une implication personnelle, je pense que mon jeu est devenu différent.
J'aime le contact avec le public, j'aime avoir des échanges avec les jeunes après le concert, je n'aime pas le style guindé, le contact direct aide à faire entrer les jeunes dans la musique classique, à mieux la comprendre afin qu'ils passent une sorte de barrière : il ne faut pas confiner la musique classique dans un cercle d'initiés : les jeune vont aux concerts de musique pop, rock, jazz cela n'empêche pas d'élargir leur horizon pour apprécier la musique classique, il y a cependant une condition essentielle : il faut donner un jeu et une internprétation de qualité.

P.M.  Choisissez-vous le prgramme de votre concert vous-même ?

E.B.  Oui je le choisis entièrement.

P.M. Avez-vous joué au Festival Pianoscope à Beauvais ?


E.B. J'ai participé au Festival mais ce n'est pas prévu cette année.

P.M. Votre mère a-t-elle une activité musicale également ?

E.B. Oui, c'est une mathématicienne mais elle a créé une école de musique russe à Londres
dans laquelle elle s'est beaucoup investie.

P.M. Ecole de musique russe  : c'est à dire qu'elle applique les méthodes d'enseignement musical russe ? Ce n'est pas réservé aux enfants russes uniquement ?

E.B. Non, elle a des enfants de toutes les nationalités qui étudient selon la méthode russe et elle a un très bon contact avec les enfants.

P.M. Pour terminer cet entretien pouvez-vous nous dire quel est votre compositeur préféré ?

E.B. J'aime Schumann et aussi  Rachmaninoff.
retour au sommaire
Copyright 2008 © Paris Moscou
Qui sommes nous | Annonceurs | Partenaires | Mentions légales | Plan du site contact