ELENA TARASSOVA - PIANISTE
PIANISTE
Date de l'interview
23-08-2014
Interview
Dans le cadre  des Piano Folies de 2014, outre ses concerts Elena Tarassova a inauguré  une nouveauté au Festival en donnant des master classes et surtout elle s'est illustrée dans une PREMIERE MONDIALE,
à savoir un concert de musique  classique pendant les courses à  l'Hippodrome du Touquet.

P.M.  Vous venez d'une famille de musiciens très probablement ?


E.T.  Effectivement ma mère est pianiste mais mon père est  ingénieur, toutefois très grand   
      
mélomane,  passionné  par la musique et cela a été le motif de la rencontre de mes
      
parents.

P.M. Vous êtes originaire de Moscou, à quel âge avec commencé vos études au Conservatoire ?

E.T.  J'avais 6 ans lorsque j'y suis entrée et j'ai donné mon premier concert à l'âge de 11 ans

P.M.  Et vous aviez le trac?

E.T.  Non, pas du tout, pasà cet âge là, le trac vient plus tard.

P.M.  Vous avez étudié avec de grands pédagogues : pouvez-vous nous définir
        la particularité de l'école russe à laquelle tant de musiciens veulent s'initier  ? On dit
       
toujours que c'estune question d'individualité, mais encore ?

E.T. : Bien sûr l'individualité est un facteur important, c'est pourquoi l'enseignement est
        conçu  dans une globalité psychique plus large et ample que le monde musical et c'est    
        ainsi que
le pédagogue conduit l'élève vers la découverte du chemin de sa propre 
       
individualité en le poussant à l'élargir à l' ouvrir et en aidant  l'élève à découvrir, ressentir
       
et pénétrer toute forme d'art.

        Il s'agit d'une compréhension qui  englobe la musique dans l'art sous ses différentes
        formes, et une approche universelle de toute former de l'art
        Il faut aussi apprendre à 
contrôler ses émotions en cherchant le "comment dire" et non   
       
pas le "que dire". 

        
C'est ainsi qu'un jour mon professeur, plongé dans une profonde reflexion m'a       
         
soudain demandé comment je resentais le blanc dans la peinture de Vroubel, ce qui
          m'a
fait retourner à la Galerie  Tretiakoff  pour me concentrer et me pénétrer de ses    
         
tableaux et rechercher les sensations données par ce fameux blanc, son impact sur le 
         
reste du tableau etc.. D'autres questions de ce genre  peuvent porter sur la littérature
          par
exemple où les film, ainsi d'autres images viennent peu à peu et

P.M.
:  Avez-vous un compositeur favori ?

E.T. :  C'est une question difficile. Avant j'aimais énormément Chostakovitch, c'était mon grand 
           amour et je jouais beaucoup ses oeuvres, mais il est intéressant de voir la  conception             de chaque compositeur, se pénétrer de son vocabulaire musical, comprendre sa    
           manière de s'exprimer et de s'introduire dans son univers.

P.M. :  Aimez-vous jouer avec un orchestre ?


E.T. :  Oui, j'aime beaucoup entendre la musique de tous côtés, d'ailleurs mon prochain concert
           sera avec orchestre.

P.M. : Le choix d'un programme de concert vous est-il imposé où laissé à votre idée ?

E.T. :  Maintenant c'est moi qui choisis, c'est à dire que je soumets une liste de morceaux dans
         
laquelle une certaine quantité est retenue.

P.M. :  Votre concert à l'hippodrome a constitué une première mondiale. Toutefois n'était-il pas
         
difficile de jouer au champ de courses, étant donné que le vent était très froid ?

E.T. :  Oui, c'est le problème des concerts en plein air, mais je suis très heureuse de participer
          à la diffusion de la musique classique  et c
'est un grand mérite du Festival Pianofolies
           d'accomplir cette mission par conséquent  je suis très contente d'y prendre part.

   





retour au sommaire
Copyright 2008 © Paris Moscou
Qui sommes nous | Annonceurs | Partenaires | Mentions légales | Plan du site contact