DOVLATOV
IL AIMAIT POUCHKINE, L’HUMOUR, LE JAZZ ET ... MOHAMED ALI. DéCOUVREZ LE DESTIN D’UN DES PLUS GRANDS ECRIVAINS RUSSES DU XX SIèCLE QUI, PLUS QUE TOUT, AIMAIT LA LIBERTE.
Réalisateur
Alexey Guerman Jr.
Date de sortie
12-09-2018
Casting
Milan Maric : Sergei Dovlatov - Danila Kozlovsky : David - Helena Sujecka : Elena Dovlatova
Artur Beschastny : Joseph Brodsky - Anton Shagin : Anton Kuznetsov
Synopsis
Pour la première fois, Alexey Guerman Jr pose sa caméra dans sa ville natale, le Leningrad des années 70 pour nous dépeindre la vie des jeunes écrivains soviétiques Sergueï Dovlatov et
Joseph Brodsky, ainsi que celle d’autres artistes opprimés de cette époque .
--------------------------
U.R.S.S. 1971 :
Six jours dans la vie de l’auteur Sergueï Dovlatov, alors journaliste pour des magazines au service de la propagande du régime – mais qui rêve avant tout d’écrire un grand livre.

Six jours dans l’intimité d’un artiste brillant et caustique, qui se bat pour continuer à écrire avec intégrité malgré les persécutions d’une écrasante machine politique.

Six jours qui façonnent le destin d’un des plus grands écrivains russes du XXème siècle, qui fut capable de penser au-delà des limites imposées par le régime soviétique.

Récompense Berlinale 2018 – Ours d’Argent de la meilleure contribution artistique.
Informations pratiques
Sergueï Dovlatov,  est né en 1941 à Oufa,  d’un père régisseur de théâtre d’origine juive et d’une mère correctrice d’origine arménienne. En 1944, il regagne avec ses parents Leningrad, d’où la famille avait été évacuée. Après ses études secondaires, il intégre la faculté de lettres de
de Léningrad. Durant cette période, il fréquente les poètes non officiels, notamment
Joseph Brodsky, Evgueni Reïn et Anatoli Naïman.

Suite à son exclusion de l’université (pour avoir raté son examen d’allemand), il est mobilisé et se retrouve pendant trois ans (1962-1965) gardien d’un camp de détenus de droit commun en république des Komis. Il revient avec  le brouillon de La Zone qui aborde le thème des camps d’une manière totalement nouvelle et qui est impubliable sous le régime soviétique.

En 1972, il part vivre en Estonie et travaille pour les journaux estoniens. Un recueil de ses nouvelles est sur le point d’être publié, mais il est interdit juste avant sa parution par le KGB. Seules quelques nouvelles soigneusement expurgées et auto-censurées voient le jour en URSS.

Son oeuvre est diffusée en samizdat et publiée à l’étranger dans les revues émigrées ce qui lui vaut en 1976 d’être exclu de l’union des journalistes soviétiques.

En 1978, confronté aux persécutions et à l’impossibilité de publier, il émigre à New-York.
Ses livres voient enfin le jour (12 livres publiés en 12 années d’émigration) et ont du succès auprès des émigrés, puis d’un public anglophone suite aux publications dans le New Yorker.

Sergueï Dovlatov meurt en 1990 à New-York d’une insuffisance cardiaque, alors que ses oeuvres sont enfin sur le point d’être publiées dans son pays.
Liens utiles
Sergueï DOVLATOV en traduction française :

L’Etrangère  - La Valise - Le colonel dit que je t’aime - La Zone, souvenirs d’un gardien de camp-
Brodsky et les autres - Le domaine Pouchkine - Le Livre invisible, suivi du Journal invisible
La Filiale (à paraître)
retour au sommaire
Copyright 2008 © Paris Moscou
Qui sommes nous | Annonceurs | Partenaires | Mentions légales | Plan du site contact