TARKOVSKI, LE CORPS DU POÈTE (OCT.2017)
Metteur en scène
SIMON DELÉTANG
Lieu de représentation
Les Célestins
Adresse
4 Rue Charles Dullin, 69002 Lyon
Tel :  04 72 77 40 00
Dates et heures de représentation

Du 11 au 15 Octobre 2017
du 11 au 14 à 20h - le 15 à 16h
Durée : 2h
(Visuel: Thomas Ehretsmann)
Résumé
Ce spectacle se présente comme la première grande tentative théâtrale de dresser un portrait et un paysage d’évocations de ce poète de l’image.

Considéré comme un des plus grands génies du cinéma du XXe siècle, Andreï Tarkovski (1932-1986), censuré en URSS, n’a pu tourner que sept films et a dû vivre l’exil et dans l’éloignement de sa famille pour réaliser ses derniers films.

C’est cette existence, vouée à l’art, intransigeante face au pouvoir et aux modes, que convoque
le spectacle de Simon Delétang proposant une plongée dans « le corps du poète », partant des écrits, de la vie et de l’univers filmique du cinéaste.

Qu’on connaisse Tarkovski ou non, il est question d’une quête de la beauté, celle de la nature des humains et de la poésie.
Distribution
Avec :
Hélène Alexandridis, Tierry Gibault, Stanislas Nordey, Pauline Panassenko, Jean-Yves Ruf

Texte original : Julien Gaillard
Extraits de textes de Antoine de Becque et Andreï Tarkovsky.
Mise en scène, montage de textes et scénographie  : Simon Delétang.
Dramaturgie : J. Gaillard, S. Delétang - Lumière  : S. Michaux - Son : N. Lespagnol-Rizzi Collaboration à la scénographie et costumes :  L. Gadbois-Lamer
Mise en scène
Tout son cinéma, sept films majeurs, est l’incarnation d’une vision sans concession de l’art,
du sacrifice, de l’idéal et de la quête du bonheur.

La lecture de son Journal qu’il a tenu de 1970 jusqu’à sa mort à Paris m’a profondément bouleversé. Ce livre a toujours accompagné mon chemin de création. Je le relis régulièrement
et chaque fois je suis touché par un sentiment d’injustice et de forte compassion.

Il n’écrit quasiment rien ou presque sur la fabrique de ses films hormis les problèmes de production et d’autorisation à travailler, mais il y exprime toutes ses difficultés à créer et sa lutte permanente contre un régime qui voulait le réduire au silence.
On y lit les nombreux projets qui n’ont jamais vu le jour et qui laissent rêveur…

C’est une âme en souffrance qui écrit, car face à l’acharnement dont il est victime, il choisit
l’exil à l’étranger où son talent est apprécié. Exilé jusqu’à sa mort, jamais il n’oubliera sa Russie.

Ce spectacle est une Invitation au voyage  empruntant trois chemins convergents :
1- Interrogation de l'univers de Tarkovski et de ses aspirations, afin que ce spectacle donne envie de découvrir ou revoir ces chefs-d’oeuvre.

2- Montage des écrits de Tarkovski, où il sera sur scène, dans un exercice d’incarnation afin de rendre sa parole vivante. Ses personnages le rejoindront dans sa chambre d’hôtel en Italie, (celle filmée dans Nostalghia) chambre de solitude et d’exil où se placera l’action.

3- Evocation de Tarkovski : convocation des spectres de son univers, des bribes inspirées par ses visions. Evocation poétique puisant dans tous les signes chers au réalisateur, notamment cet art si subtil qui lui permettait d’évoquer les rêves dans ses films.
Rêves également très présents dans son journal.
Bio expresse
« À celui qui a vu l’ange » Epitaphe apposée sur la tombe d’Andreï Tarkovski

"Mon but principal a été de poser, dans toute leur nudité, les questions fondamentales à notre vie sur terre, et de convier les spectateurs à retrouver les sources enfouies et taries de notre l’existence.(...) 
Je pense qu’un des aspects les plus tristes de notre temps est la destruction dans la mentalité 
des hommes de tout ce qui avait un lien conscient avec le beau(...) 
" (Andreï Tarkovski, Le Temps scellé)
Informations pratiques
Création : le 19 septembre 2017 au Théâtre national de Strasbourg.
retour au sommaire
Copyright 2008 © Paris Moscou
Qui sommes nous | Annonceurs | Partenaires | Mentions légales | Plan du site contact